Archives pour la catégorie BLOG

On agit ! Signez notre pétition au Parlement européen !

Chers amis,

En septembre dernier, le collectif PECHEURS ARTISANS a déposé au Parlement européen une pétition pour lui demander de protéger les zones de pêche durable face à la préemption croissante de ces zones par l’industrie éolienne en mer. Cette pétition a été jugée recevable. Elle vient d’être publiée et mise en ligne par le Parlement européen.

Pour signer la pétition, il faut commencer par s’inscrire sur le site du Parlement européen, c’est à dire ouvrir un compte privé personnel. Et s’armer de patience 😉

L’enregistrement des signatures sur le site du Parlement est hyper sécurisé, mais un peu galère 🧐 Ne vous découragez pas ! 💪🏻

Voici le lien qui redirige vers la pétition : https://petiport.secure.europarl.europa.eu/petitions/fr/petition/content/0917%252F2019/html/Protection%2Bde%2Bla%2Bp%25C3%25AAche%2Bartisanale%2Bface%2Baux%2Bprojets%2Bd%2527%25C3%25A9olien%2Ben%2Bmer

Merci !

N’hésitez pas à nous contacter si vous rencontrez des difficultés !

Communiqué EMK & Collectif Pêcheurs Artisans, 23 janvier 2020

Le 22 janvier 2020, le colloque « Les pêcheries et l’éolien en mer peuvent-ils coexister ? » s’est tenu au Parlement européen sous le patronage du vice-président de la commission Pêche, le député européen Peter van Dalen (NL-EPP). La salle était comble.

Concernant l’impact du développement de l’éolien en mer sur les ressources de pêche et la biodiversité marine, le colloque a mis en évidence des contradictions directes entre les conclusions des scientifiques, la position de l’industrie éolienne, et les retours d’expérience des pêcheurs.

Le député Peter van Dalen a annoncé que ce Colloque est le coup d’envoi d’un processus qui va permettre d’aborder et de résoudre les problèmes identifiés.

Giles Dickson (Président de WindEurope)
« Nous souhaitons une coexistence heureuse. »

Luca A. Van Duren (expert scientifique de Deltares)
« Les impacts et les effets de la production éolienne à grande échelle sont mal connus – y compris par les spécialistes. »

Olivier Becquet (Collectif Pêcheurs Artisans
« Les parcs éoliens en mer ont un impact négatif sur le bon état écologique de l’océan, or ce dernier est nécessaire à la lutte contre le réchauffement climatique et à des ressources halieutiques saines. »

Peter van Dalen (Député européen)
« La discussion d’aujourd’hui est le lancement d’un processus. Ma conclusion est que nous avons beaucoup de travail devant nous. »

Dans ce contexte, le député van Dalen a annoncé sa désignation comme rapporteur du Rapport d’Initiative sur « L’impact des parcs éoliens en mer sur les pêcheries » (2019/2158(INI)) en préparation en 2020.

Les représentants des pêcheries durables ont annoncé la création d’une Coalition Européenne de Pêcheries Durables et de Communautés Côtières affectées par l’industrialisation de la mer, et en particulier par l’éolien en mer.

La Coalition rassemble déjà des pêcheries de Belgique, de France, d’Allemagne, des Pays-Bas. D’autres pays sont dès maintenant en train de la rejoindre.

La Coalition des Pêcheries Durables remercie le député Peter van Dalen, son équipe, ainsi qu’Europêche, de l’organisation du Colloque qui a donné la possibilité aux pêcheries durables affectées par l’éolien en mer de prendre pour la première fois la parole au Parlement européen.

La Coalition des Pêcheries Durables accueille positivement le rapport d’Initiative (rapport INI) conduit par le député van Dalen et soutenu par la commission Pêche du Parlement.

La Coalition des Pêcheries Durables demande au Parlement de soutenir son appel à un moratoire sur tout développement de capacité d’éolien en mer.

Les investissements engagés au cours des dernières décennies pour rendre les pêcheries durables sont un succès historique conduit par l’Union européenne et notamment par le Parlement européen.

La Coalition des Pêcheries Durables rappelle que ces investissements ainsi que les efforts de long terme des pêcheries, sont aujourd’hui directement menacés, et déjà endommagés dans certains cas, par le développement incontrôlé des capacités d’éolien en mer.

VIDEO de TEMOIGNAGES  » HOME BY THE SEA « , Hiske Ridder

https://www.youtube.com/watch?v=RKjHM2-h1H8&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2wClLzMBHTYXpOLwY14m2yiFgwZcGzv0StPY-0zEQ90XNe42j9cFu7SRM

CONTACTS

Collectif Pêcheurs Artisanspecheursartisans@gmail.com (FR- EN)
Bertrand WENDLING (Méditerranée) – Julien TRÉHOREL (Manche Ouest-Atlantique) – Olivier BECQUET (Manche Est-Mer du Nord)

EMK, Job Schot, zeedelta@hetnet.nl (NL-EN)

Pêcheries & Éolien en mer. Quelle coexistence ?

Les activités de pêche durable ont besoin d’espace, tout comme les parcs éoliens en mer. Pour préserver nos océans, l’Union européenne a adopté en 2014 une directive sur la planification de l’espace maritime appelant les États membres à s’assurer que les activités humaines en mer se déroulent de manière efficace, sûre, et durable tout en limitant les conflits d’usage.

Dans le même temps, pour lutter contre les effets du changement climatique, les gouvernements de l’Union européenne sont déterminés à répondre au niveau national aux engagements de l’Accord de Paris pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici à 2030, par rapport au niveau de 1990. Dans ce but, certains États membres envisagent de multiplier par 40 la capacité d’éolien en mer en Europe d’ici 2030.

Il est évident que l’industrie éolienne européenne a un objectif ambitieux qui requiert des espaces maritimes à la fois vastes et dont certains sont également parmi les mieux gérés par la pêche artisanale. La question de savoir si « Les Pêcheries et l’éolien en mer peuvent co-exister » est donc pertinente, complexe et urgente.

Pour mieux discerner les points de vue des pêcheries, de l’éolien en mer, ainsi que leurs conflits d’usage, nous vous invitons à participer à ce colloque.

MERCREDI 22 JANVIER de 10:30 à 12:30 – Contenu provisoire

10:30–10:35 – Extrait du film de Pascal Yernaux ‘ Le Vent du Mensonge ‘
10:35–10:45 – Ouverture et accueil par Peter van Dalen MEP

Thierry Ruellet, scientifique spécialisé dans la Biodiversité maritime

Luca van Duren, Scientifique à Deltares – Ecosystèmes et sédiments

Felix Leinemann, chef d’unité, DG MARE A2 – Planification de l’espace maritime
Giles Dickson, CEO de WindEurope
Anne-Cécile Dragon
, Chargée de la politique de la pêche au WWF

Video de témoignages de pêcheurs artisans
Olivier Becquet, Gérant Coopérative des Artisans Pêcheurs Associés (CAPA), Le Tréport, France

Job Schot, Représentant du syndicat EMK, Belgique/Pays-Bas

Conclusion par Peter van Dalen MEP

Le colloque se tiendra au Parlement européen à Bruxelles Bâtiment József Antall (JAN), salle 6Q1
entre 10:30 et 12:30 le 22 janvier 2020

Pour plus d’information ou questions concernant le colloque, n’hésitez pas à nous contacter à pecheursartisans@gmail.com

Nous vous attendons à Bruxelles le mercredi 22 janvier prochain !

⚠️ Planète Mer en DANGER

Les pêcheurs artisans polonais, néerlandais, allemands, français, portugais, unis pour demander la sanctuarisation des zones de pêche de toute industrie éolienne, se sont réunis à Bruxelles le 28 novembre dernier.

Retour d’expérience en mers Baltique et du Nord

Le bruit sous-marin, la turbidité, les champs électromagnétiques créés par les 4500 éoliennes de la mer du Nord et leurs milliers de km de câbles électriques, ont chassé, affaibli, asphyxié toute la vie marine, et par conséquence, détruit la ressource des pêcheurs artisans qui pratiquent une pêche écologiquement responsable et socialement juste.

Can fisheries and offshore wind co-exist ?

La question est posée. Rendez-vous au Parlement européen mercredi 22 janvier de 10h30 à 12h30, pour un colloque-débat.

La France s’enferre dans l’illégalité. Aucun projet d’éolien en mer ne pourra démarrer.

14 novembre 2019

Il n’y a pas que le plastique pour détruire la biodiversité de l’océan, la ressource en poissons et coquillages, et par conséquence provoquer la disparition des pêcheurs artisans. 

Il y a les ÉOLIENNES en MER qui viennent s’installer arbitrairement et avec brutalité sur les zones de pêche artisanale, chassant les pêcheurs, détruisant les écosystèmes marins, ruinant les efforts de plusieurs décennies passées à mettre en place une pêche responsable respectueuse de la ressource.

Les six projets d’éolien en mer français du premier appel d’offres (Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire) et du deuxième appel d’offres (Dieppe-Le Tréport, Yeu-Noirmoutier) sont TOUS envisagés dans les MEILLEURES ZONES DE PECHE ARTISANALE française, à quelques encablures des côtes de la Manche et de l’Atlantique.

Les Pêcheurs Artisans sont formellement opposés à ces 6 projets, et à toute implantation d’éolien industriel sur une zone de pêche.

Les Pêcheurs Artisans ont déposé un recours devant le Tribunal de l’Union européenne demandant l’annulation de la décision de la Commission européenne du 26 juillet 2019 autorisant 20 milliards d’euros d’aides à ces six projets.

Pendant toutela durée de ce recours, l’engagement des travaux de construction de chacun des six projets est illégal.

Par ailleurs, il est aujourd’hui incontesté que ces six projets d’éolien en mer côtière ne contribueront pas à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ils ne serviront pas non plus à lutter contre le réchauffement climatique.

Le président de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) s’exprimant sous serment, a déclaré le 4 avril 2019 : « Le développement des énergies renouvelables électriques ne sert donc pas à réduire les émissions de CO2. Il faut le rappeler, car on dit beaucoup de mensonges à ce sujet, et encore récemment à la télévision. Cela n’a aucun sens et procède d’une forme de populisme idéologique. » 

(Commission d’enquête sur l’impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables, sur la transparence des financements et sur l’acceptabilité sociale des politiques de transition énergétique, audition de M. Jean- François CARENCO, compte rendu n°8, 4 avril 2019, page 3).

Nous ne cèderons pas

Le combat continue

# Pêche artisanale Pêche durable

# Pas d’éoliennes sur les zones de Pêche

# Océans & Pêcheurs Artisans, même combat

Les pêcheurs artisans interpellent les eurodéputés

25 septembre 2019 Facebook Twitter

Bientôt en ligne ! Les pêcheurs artisans rassemblés autour du COLLECTIF PÊCHEURS ARTISANS ont déposé une pétition demandant au Parlement européen de soutenir la pêche artisanale menacée par des projets d’éolien industriel hors de proportion avec la capacité des écosystèmes à subir de telles agressions, et qui chassent les pêcheurs artisans de leurs zones de pêche historiques.

La pêche artisanale côtière est une pêche gérée vertueusement, respectueuse des écosystèmes marins. Elle a permis de préserver le patrimoine de la bande côtière vivant. 

La pétition sera bientôt en ligne !

Protection des écosystèmes marins et de la ressource halieutique. Les pêcheurs artisans tirent la sonnette d’alarme.

1er mai 2019

Partager : Facebook Twitter

Dunkerque, Dieppe-Le Tréport, Fécamp, Courseulles, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire, Yeu-Noirmoutier, TOUS ces projets français d’éolien en mer sont envisagés en plein cœur de zones dynamiques de pêche côtière.

Lancés en 2010 dans la précipitation, sans études environnementales préalables, ces projets continuent d’être à contretemps des préconisations de la Commission européenne. A la différence de l’éolien en mer du Nord, les six projets français sont situés sur des zones benthiques, des couloirs de migration, des nourriceries, et parfois même, des habitats remarquables. Leur implantation détruira la vie de ces écosystèmes marins, et par voie de conséquence signera la disparition de la pêche artisanale côtière. 

Sur des fondements juridiques contestés, la cour administrative d’appel de Nantes déboute systématiquement les recours des parties prenantes ayant des intérêts à agir sur le Domaine Public Maritime. Elle ignore ouvertement les impacts écocides de ces projets sur la pêche artisanale.

Des aides multiples et disproportionnées pour une source d’énergie peu efficace, en conflit d’usages sur le Domaine Public Maritime.

En plus de tarifs de rachat plantureux et garantis pendant 20 ans, les opérateurs des six projets bénéficient de multiples avantages : exemption de redevance annuelle pour occupation du Domaine Public Maritime, aide au raccordement, clauses d’indemnisation abusives, aides aux sous-traitants et financement public des bases à terre.

En 2018, la renégociation des tarifs de rachat de l’électricité a été simultanément compensée par d’autres avantages nouveaux. Quoiqu’il en soit, à environ 150€ par Mégawattheure (MWh), les tarifs de rachat annoncés demeurent deux fois plus élevés que les tarifs pratiqués ailleurs en Europe. Les projets ne sont accompagnés d’aucun plafond de la production subventionnée alternative à la durée de 20 années, ni de la moindre transparence, contrairement aux pratiques des autres pays européens.

Enfin, les constatations officielles de la Commission Européenne montrent que la production globale, cumulée, annoncée pour ces six projets correspondrait à moins de la moitié de la production d’une centrale nucléaire de 3 GW !

Trois plaintes ont été déposées à Bruxelles. A la veille des élections, les pêcheurs artisans des façades maritimes Manche et Atlantique interpellent les eurodéputés.

Les marins-pêcheurs contestent l’installation des projets éoliens en mer sur les zones de pêche pérennes. Trois plaintes ont été déposées à la Commission Européenne contre les six projets de 2012 et 2014 qui vont accélérer le processus de destruction de l’environnement marin et faire disparaitre la pêche artisanale côtière, alors que l’Union Européenne s’engage en faveur du développement durable, et lutte contre la surcapacité et la surpêche industrielle.

Les marins-pêcheurs français rappellent à leurs élus que l’implantation d’un parc éolien en mer signifie la destruction définitive des fonds marins, l’asphyxie de la vie marine, une pollution chronique à l’aluminium, une pollution sonore permanente, la propagation d’infrasons, de basses fréquences, la création de champs électromagnétiques, des centaines de kilomètres de câbles électriques, des empilements de roches, etc.

La conséquence n’est pas uniquement la perte de zones de pêche, mais la création d’un espace morcelé dangereux, conflictuel, dont l’industrialisation provoque inéluctablement l’effondrement de la ressource halieutique alors justement que les zones de pêche côtières françaises ont été rendues pérennes par plusieurs décennies d’efforts de préservation des ressources, co-financés par des fonds publics.  

La disparition progressive voire l’écroulement de certains stocks communautaires avec la réduction des quotas associés aura des conséquences économiques lourdes pour les pêcheurs artisans qui dépendent exclusivement de cette ressource.

Pêche dans les parcs éoliens en mer. Que dit l’Europe ?

Peut-on naviguer et pêcher dans les parcs éoliens européens ? Non, bien évidemment, tous les retours d’expérience allemands, danois, hollandais, belges apprennent que les règlementations nationales l’interdisent. En Grande-Bretagne, des restrictions proches de l’interdiction, les dangers de la navigation à proximité d’installations éoliennes et la ressource disparue, ont ruiné la pêche côtière.

La pêche artisanale côtière est juste écologiquement, socialement, économiquement.

La privatisation et la destruction des zones de pêche artisanale par l’industrie éolienne au nom de « l’économie bleue » est inacceptable. Il est encore temps de changer de cap, d’écrire un nouvel acte pour une transition énergétique respectueuse de l’océan et des hommes.

La réponse du Premier Ministre le 5 avril dernier à un courrier où 120 parlementaires s’inquiétaient de la place laissée aux EMR dans le projet de PPE, le dit sans détour, en citant les « difficultés majeures » de ces appels d’offres « lancés trop tôt avec des procédures inadaptées et pour des volumes trop importants », qui obèrent « le financement de la transition énergétique ».

Le Premier Ministre lui-même indique qu’après une (soi-disant) renégociation en 2018, leur coût demeure « très significatif » avec « encore près d’1,3 Md€ de dépenses publiques annuelles » pendant une vingtaine d’années. 

Les marins pêcheurs considèrent, eux, que la situation est inchangée. Les six projets éoliens en mer français sont toujours prévus sur des zones de pêche actives et pérennes. Ce qui a été repris aux opérateurs éoliens d’une main (baisse des tarifs de rachat scandaleusement élevés), leur a été rendu de l’autre (prise en charge par la collectivité du raccordement au réseau (soit 200 à 300 millions EUR par projet), exemption de la redevance annuelle pour occupation du domaine maritime, clauses d’indemnisation manifestement excessives). 

Au vu des médiocres performances des installations éoliennes, ces montants financés par tous les citoyens, ne correspondent à aucun objectif légitime de politique énergétique et ne constituent pas une utilisation optimale des fonds publics. 

La pêche artisanale est une pêche responsable, respectueuse des écosystèmes. Il ne peut y avoir de dérogations de plusieurs centaines de km2 pour l’éolien en mer. 

L’interdiction de l’éolien industriel dans les zones de pêche côtière doit être adoptée.