INFOS

Les pêcheurs saluent la détermination du Président de la République à se battre pour eux dans les négociations du Brexit

Communiqué de presse 24 février 2020

Le Brexit risque en effet d’entrainer une triple crise de la pêche française, en particulier en Manche et dans l’Atlantique. 

🇬🇧 La première crise serait le résultat d’une fermeture des eaux britanniques aux navires de pêche français. 

🇫🇷 La deuxième crise serait le report d’activité des navires de pêche français vers les eaux françaises déjà travaillées par une flotte de navires de pêche artisanale. Or cette flotte de petite pêche artisanale est précisément dimensionnée aux zones de pêche côtières françaises, gérées durablement dans le respect de la biodiversité par des efforts engagés depuis plusieurs décennies. 

🇧🇪🇳🇱🇩🇪 La troisième crise serait le report d’activité vers les eaux françaises (au-delà des 12 milles) des autres navires de pêche européens (notamment belges, néerlandais et allemands) auxquels seraient également fermées les eaux britanniques.

Ce triple choc est un scénario noir que rien ne permet d’exclure à ce jour. Au contraire, l’exemple de Guernesey dont les autorités ont suspendu l’accès à leurs eaux dès le 1er février 2020 (Convention de Londres), suggère que le risque d’une telle issue se renforce à l’heure actuelle.

L’engagement du président de la République à prévenir une telle situation constitue donc une impérieuse nécessité et ses mots de soutien sont particulièrement bienvenus.

En revanche, l’utilisation et la planification des eaux territoriales françaises est du ressort du gouvernement français.

Or, le gouvernement français poursuit actuellement une politique de développement de l’éolien en mer posé et flottant visant à privatiser des milliers de km2 d’espace marin côtier en Manche, dans l’Atlantique et en Méditerranée. 

En 2019, l’inutilité de l’éolien dans la lutte contre le réchauffement climatique en France a été établie par la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur l’acceptabilité et le financement des énergies renouvelables.

Par ailleurs, l’impact de l’éolien en mer sur la biodiversité, la ressource halieutique et les restrictions aux activités de pêches entrainées sont aujourd’hui incontestables.

Les impacts des 20 à 30 projets d’éolien en mer actuellement envisagés dans les zones de pêche françaises seraient dévastateurs écologiquement, économiquement, socialement, et sans avantage dans la lutte pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, c’est maintenant confirmé.

Référence « Nous ne pouvons pas accepter un modèle où la Grande-Bretagne décide de diverger sur le plan réglementaire, de faire du dumping social et environnemental. Je veux dire à nos pêcheurs que je me battrai pour eux. Si nous n’obtenons pas les mêmes accès qu’aujourd’hui, nous chercherons des compensations. Je ne laisserai pas nos pêcheurs être touchés par le vote britannique, auquel ils ne peuvent rien. » https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/02/21/macron-veut-proteger-les-agriculteurs-contre-les-stigmatisations_6030268_3244.html

______________________________________________________________

Présentations faites au colloque « Les pêcheries et l’éolien en mer peuvent-ils coexister ? » qui s’est tenu le 22 janvier 2020 au Parlement européen sous le patronage du vice-président de la commission Pêche, le député européen Peter van Dalen.

Luca van Duren, Scientifique à Deltares, institut de recherche appliquée indépendant dans le domaine des écosystèmes et des sédiments

______________________________________________________________

Thierry Ruellet, Chercheur en écologie littorale et biodiversité marine

______________________________________________________________

Dr. Anne-Cécile Dragon, Chargée de la politique de la pêche au WWF

______________________________________________________________

Job Schot, Représentant du syndicat EMK, Belgique/Pays-Bas :  » Avec ce qui est construit ou décidé en Mer du Nord, 25% des zones traditionnelles de pêches sont déjà occupées « 

______________________________________________________________

Giles Dickson, CEO de WindEurope, la voix de l’industrie éolienne, se dit mandaté par l’UE pour implanter d’ici 2050, 450 GW, dont 57 GW en France !!! Une fois les travaux achevés, il n’y a pas d’impact sur la ressource, la cohabitation est heureuse.

______________________________________________________________

🔺 Le Préfet maritime Atlantique et le Préfet de région des Pays de Loire ont présenté le 24 septembre une synthèse de la stratégie adoptée pour la façade Nord Atlantique-Manche Ouest.

Dès adoption par les préfets coordonnateurs, les stratégies de façade maritime seront mises en ligne sur le site géolittoral. Pour l’instant :

 Synthèse de la stratégie présentée pour la façade Nord Atlantique-Manche Ouest  

Synthèse des avis recueillis pour les 4 façades  https://www.merlittoral2030.gouv.fr

______________________________________________________________

🔺 Avis des Comités régionaux de pêche maritime et des élevages marins de Normandie et des Hauts de France sur le projet d’éolien en mer de Dieppe-Le Tréport. http://www.seine-maritime.gouv.fr/content/download/33149/227702/file/Contribution%20CRPMEM%20Hauts-de-France%20et%20Normandie.pdf

______________________________________________________________